Cokluch... une histoire d'amitié

Cokluch... une histoire d'amitié

Derrière la marque Cokluch se cache une grande histoire d’amitié. Une complicité qui a prit naissance en 1996 entre les deux designers, Laurie Lemieux et Christine Guérin. Elles ont cohabité ensemble pendant plus de 4 ans, et c’est d’ailleurs durant cette période que l’idée de partir leur marque a germé.

 

Elles ont fabriqué leur tout premier manteau de cuir et l’ont de suite adoré. Les filles se sont alors dit qu’elles devaient faire quelque chose avec ça. C’est suite à un brainstorm que le nom Cokluch est sorti. Être la coqueluche veut dire être adulé, mais les filles l’ont pris avec un grain de sel en ne se prenant aucunement au sérieux. L’aventure Cokluch a commencé en 2007 dans leur appartement commun, et 2 ans plus tard, elles avaient pignon sur rue au 410 rue Villeray. 

On vous dévoile quelques secrets et anecdotes sur leur vie commune, mais également sur l’aventure Cokluch :

Anecdotes sur leur vie commune

  • Au départ Laurie était la plus ordonnée et rangeait tout à sa place, mais avec le temps, l’influence de Christine à pris le dessus…
  • Souvent, à la place de faire la vaisselle, elles la cachaient sous l’évier pour que l’appartement ait l’air propre.
  • Elles aimaient faire de beaux grands party’s d’Halloween, et trouvaient toujours des déguisements originaux à faire, comme par exemple, la reine pelote à épingles de l’univers de Tim Burton.
  • Leur voisine n’appréciait vraiment pas le bruit des coups de marteau et la machine à coudre, des outils qu’elles utilisaient pour travailler le cuir.


Anecdotes sur l’aventure Cokluch

  • Les designers utilisaient du cuir recyclé et elles prenaient souvent des pantalons de cuir pour les réutiliser. Les filles y ont trouvé toutes sortes de choses telles que : de vieux kleenex, des fonds de culottes souillées et parfois, avec un peu de chance, de l’argent.
  • Lorsqu’elles ont trouvé leur local, c’était selon elle le pire du monde, mais elles y voyaient tout le potentiel. Il y avait une montagne de déchets que l’ancien locataire avait laissé. Il y avait également quatre pouces de mousse à sécheuse dans l’entre plafond, et les tuiles du plafond pendaient.
  • La pizzeria Jonas avait tellement pitié des filles qu’elle leur offrait de la pizza gratuitement.
  • À leur premier salon One Of A Kind, elles sont parties avec la nouvelle auto de Laurie et avaient mis leur grand tapis sur le toit de l’auto, attaché avec des sangles. Durant la route vers Toronto, il y a eu un énorme sifflement strident. Elles pensaient que c’était l’auto qui lâchait et elles sont donc revenues chez Laurie et ont tout sorti de l’auto pour trouver d’où provenait le bruit. Elles n’ont pas trouvé et sont donc aller au garage pour se faire dire que finalement le bruit provenait des sangles. Elles sont reparties vers le salon, mais il restait vraiment peu de temps pour tout faire avant le début du OOAK.
Finalement, Laurie et Christine ont toujours le même plaisir à travailler ensemble et ce même après toutes ces années ! Longue vie à Cokluch !

Article précédent Article suivant

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés